Soigner les cancers en Afrique



Lors de son Conseil d’Administration du 26 septembre 2012, LES 111 DES ARTS DE PARIS ont décidé de faire un don de 10 000 € au GFAOP pour l’achat de médicaments et la formation du personnel soignant en Afrique. Car le traitement du cancer des enfants en Afrique est devenu progressivement possible et efficace grâce à ces deux actions majeures du GFAOP :



A- La formation
En pratique, celle-ci se fait en France pour les pédiatres et les infirmières africains qui se spécialisent en oncologie pédiatrique. Les pédiatres passent le diplôme inter-universitaire d’oncologie pédiatrique (DIUOP) à l’Institut Gustave Roussy à Villejuif.
Depuis 2001, seize d’entre eux l’ont passé avec succès, généralement après un an de stage en France dans des hôpitaux s’occupant du cancer des enfants.
Les infirmières effectuent des stages de deux mois dans ces mêmes hôpitaux.

B- L’envoi de médicaments
Le GFAOP envoie à la majorité des unités pilotes les principaux médicaments nécessaires au suivi des protocoles. Il s’agit avant tout des chimiothérapies et des antibiotiques qui sont aussi les médicaments les plus onéreux. Ce poste de dépenses représente plus des 100 000 € par an.
Le nombre d’enfants qui sont soignés grâce à ces médicaments est en 2011 de 748 nouveaux enfants dont 512 relèvent des protocoles de soin mis au point par le GFAOP.
S’agissant de ses résultats thérapeutiques, pour les lymphomes de Burkitt et les tumeurs du rein, le GFAOP a effectué deux études successives entre 2001 et 2009 et elles indiquent les taux de survie suivants: 60 % pour les lymphomes de Burkitt et 70 % pour les néphroblastomes. Pour les leucémies LAL, son étude 2006-2011 conclut qu’en Afrique subsaharienne, la probabilité de survie globale à deux ans est de 54%.